Saint Pierre et Miquelon

A l’âge de 15 ans, j’entendis mentionner St Pierre et Miquelon dans le bulletin de la météo marine sur les ondes de France Inter le dimanche soir.

Entendre citer ces terres lointaines le dimanche soir alors que le blues de la préparation des affaires scolaires du lendemain vous taraude, était une invitation à l’évasion. Je me fis la promesse de visiter ces terres austères.

J’y suis allé à l’automne 2017. Le bulletin marine n’existe plus à 20 h le dimanche soir sur Inter, d’ailleurs je n’écoute plus Inter, et les affaires scolaires ont depuis longtemps disparu des mes bagages.

Saint-Pierre et Miquelon, 242 km2, c’est petit, très petit. Mais le puissant ancrage de cette population sur ces terres austères m’a impressionné.